Centres d'Hébergement

L'association dispose de deux centres d'hébergement dans les 5ème et 14ème arrondissement de Paris. Ils sont fondés sur l'accueil inconditionnel des personnes vivant à la rue et désireuses de la quitter.

Le Centre d'Hébergement Vesale

Rue Vesale, dans le 5ème arrondissement de Paris, les 28 résidents sont répartis dans 25 chambres individuelles ou en couple. La charte (et règles de vie) du centre d’hébergement a été réfléchie, élaborée et rédigée conjointement avec les trois collèges de l’association, à savoir : les résidents, les équipes de travailleurs sociaux, le représentant de la direction et les membres du Conseil d’Administration. Ici ses pratiques comme ses techniques professionnelles s’inspirent des fondamentaux de l’association qui applique les règles de responsabilisation et d’autonomie. Chaque chambre est équipée d’un lavabo, d’un lit et une armoire et un kit ménage et vaisselle. Elle est considérée comme un lieu privatif qui peut être aménagé, décoré par son occupant selon ses goûts.

Le centre d'hébergement Grancey

Le centre d'hébergement de Grancey dans le 14ème arrondissement dispose de 15 chambres et se fonde sur les même principes que le Centre de Vesale à l'exception que les chambres disposent en plus d'un dispositif sanitaire (lavabo, wc et douche).
La spécificité de ce Centre d’hébergement est qu’il a été créé pour accueillir des personnes ayant une problématique de santé mentale et suivies en CMP ou tout organisme traitant la question comme le SMES de l’hôpital Saint Anne, notre partenaire, qui assure une permanence au sein de notre établissement chaque jeudi après-midi en délégant une infirmière psy.

Le CHAP 92 (Accueil Famille)

Dans le cadre du plan de résorp-tion des nuits hôtelières, les Enfants du canal ont répondu à un appel à candidature de la DRIHL et lancé en novembre 2015 son Centre d’hébergement en Appar-tements Partagés (CHAP). Il permet aujourd’hui d’accueillir 13 familles. Selon une étude réalisée en 2015, ce ne sont pas moins de 32000 personnes qui sont hébergées à l’hôtel chaque nuit en Île- de-France dont 95% de familles.
Un dispositif qui coûte cher, qui ne constitue pas une solution satisfaisante pour les familles et qui ne permet pas non plus un accompagnement personnalisé pour sortir du dispositif d’urgence.
L’association dispose aujourd’hui de 8 appartements dans les Hauts de Seine et accueille pour le moment 37 personnes repérées par la SIAO 92 et héber-gées à l’hôtel depuis plus de 2 ans.
Quelques temps après avoir emménagé dans les appartements, les familles retrouvent une liberté, une autonomie, une intimité qu’elles avaient perdu. Les enfants décorent leur propre chambre et les parents peuvent recommencer à faire à manger dans leur cuisine.

Pour aller plus loin

[ Page : 1 ]