Manifeste

Ici, nous accueillons des femmes et des hommes qui, dans nos rues hostiles, n'ont pu trouver refuge. Nous expérimentons de nouvelles manières de faire hospitalité, partant du principe qu'avant d'être répertoriés comme des cas sociaux, des sujets pathologiques, des publics différenciés, des avec ou sans chien, les résidents sont des personnes humaines.

Ici, nous reconnaissons leurs exceptionnelles capacités de survie dans des conditions extrêmes, nous reconnaissons leur résistance hors du commun.

Ici, chacun trouve un lieu de vie, un espace à soi, un temps nécessaire à son repos. Chacun prend activement part à l'organisation de la vie commune et collabore au projet des Enfants du Canal : transformer le quotidien de celles et ceux à qui la rue avait retiré toute perspective d'avenir. Chacun peut solliciter le soutien de professionnels de l'accompagnement social ou de travailleurs pairs, qui ont parcouru hier le même chemin et, aujourd'hui, viennent en appui.

D'ici, nous expérimentons aussi les lieux éphémères et les accueils mobiles conçus en contre offensive des dispositifs urbains dissuasifs. Nous arpentons la ville à la rencontre de ceux qui continuent d'en subir la violence. Nous scrutonsles rues hostiles.

D'ici, nous pensons la ville alentour pour enfin la panser, en invitant étudiants, chercheurs, designers, architectes, et autres créateurs dont les savoirs et les savoir-faire sont nécessaires au renouvellement de l'action sur la ville.

D'ici, de ce lieu qui changea d'affectation au gré des nécessités et des désirs, nous générons l'énergie vitale à la transformation de ce qui a lieu, par désir ou par nécessité.

D'ici, nous cherchons à refaire ce qui sous nos yeux se défait : l'espace du vivre ensemble, la ville.

BusAbri

BusAbri99

BusAbri

BusAbri

BusAbri

BusAbri

BusAbri

BusAbri

BusAbri

BusAbri

BusAbri

Pour aller plus loin

[ Page : 1 ]